Le Voyage à pied .... avec sac à dos

 

Pour ceux qui se demandent à quoi ressemble notre quotidien, voici un petit article, sûrement incomplet !



 

Voyager à pied, c'est ...



 

- Rencontrer des gens : honnêtes, adorables, malhonnêtes, des touristes, des locaux...

 


- Découvrir chaque jour de nouveaux paysages : capitales, villages, montagne (Andes), volcans, désert, Pacifique, cactus, animaux...


 

- Faire l'effort de parler une langue étrangère. On comprend de mieux en mieux l'espagnol mais on galère pour trouver le vocabulaire mais on y travaille !


 

- Jongler avec la conversion des monnaies
 (Dollars, Nuevo Sol, pesos Boliviens, Chiliens Argentins)

 

- Passer de longues heures dans les transports et notamment dans le bus, ou dans les terminaux de bus de jour comme de nuit.

Les terminaux ont toujours une ambiance particulière : comparer les prix, les horaires...

Les rabatteurs veulent absolument vous vendre leur ticket... Ça ressemble à l'ambiance d'une gare ou d'un aéroport en plus pittoresque.

On n'est plus habitué en Europe à voyager en bus. En Amérique du Sud, il est possible d'aller partout en bus.

C'est LE moyen de transport !

 


Les trajets en bus sont aussi folkloriques. A toute heure et à tous les arrêts (qui sont nombreux), certains montent pour réclamer quelques pièces (sourd et muet, cancer de l'utérus, chômeurs ... qui font tous de longs discours pour expliquer leur détresse...), pour vendre un tas de saloperies (livres sur les bienfaits des fruits, sur comment atteindre le bonheur, une tisane miraculeuse contre les hémorroïdes, cholestérol, le diabète, les problèmes de cœur, une pommade qui soulage de la grippe...), pour vendre à manger et à boire (sucreries, jus, fromage, eau, fruits, chewing-gum, chips... la liste est longue), pour jouer de la musique ou chanter...

 

Des fois, on rigole bien, des fois on donne quelques pièces ! Sans oublier la musique à fond ou les films plus intéressants les uns que les autres (Ninja 2, Tencales Bermuda...ou Taken) !

 

- Accepter de faire 25h de bus pour aller voir les chutes d'Iguazu


- Essayer d'arriver dans un endroit nouveau avant la tombée de la nuit pour éviter les problèmes !


 

- Courir dans chaque ville après le distributeur où on n'aura pas de frais bancaires (Pinchincha en Équateur, BCP au Pérou, BCI au Chili, attention à l'Argentine où les cartes VISA sont carrément refusées dans toute la ville par exemple à El Calafate en Patagonie)


- Décrypter le langage du distributeur automatique (surtout au Chili : on met la carte, on l'enlève, puis on la remet, puis on tape son code, ouf !)


- Faire les comptes tous les jours pour savoir où on en est


 

- Chercher tous les 2/3 jours, des fois plus, des fois moins un nouvel endroit pour dormir. On utilise les guides, les conseils de voyageurs qu'on a croisé. .. Les prix ne sont jamais les bons dans les guides !


- Dormir parfois dans des lits vraiment pourris ! Et se faire piquer par des puces ou autres bébêtes....

 

- Accepter ne pas avoir de l'eau chaude à la douche toute la journée; ou ne pas avoir d'eau du tout pendant 1 jour 1/2 : l'eau chaude à la douche en Amérique du Sud est un luxe, au lavabo, un privilège !


-Acheter et boire de l'eau en bouteille tous les jours.


 

- Faire et refaire son sac !


 

- Planifier les excursions/activités/visites. Il faut tenir compte de nos envies respectives et de notre forme !

 

- Accepter de se faire mal quelque part et revoir sa copie pour continuer ce qui était prévu


- Potasser le Routard pour mettre en place les activités et l'itinéraire. Et là, ça se gâte, les horaires du Routard ne sont plus à jour !


- Aller de suite à l'office de tourisme quand on arrive dans une ville nouvelle pour récupérer un plan.


 

- Trouver des endroits pas trop cher et pas trop dégueu pour manger. Comme on aime bien manger, des fois, on explose le budget quotidien en se faisant plaisir.


- Éviter les crudités dans les endroits douteux pour éviter les gastro !

 

- Goûter plein de fruits qu'on ne connait pas (papaye, maracuya...) et vive les marchés !

 

- Porter sa maison sur son dos. Elle paraît tellement lourde parfois quand on est fatigué ou patraque ! On était à 8 kg au départ. Et 11kg au retour car cette année, on s'est lâchés, nous avons acheté des souvenirs ! 


 

- Porter toujours les mêmes vêtements


 

- Laver du linge à la main et galérer pour le faire sécher ou ce qu'on fait la plupart du temps, le faire laver dans une lavanderia ou dans les hôtels, en pensant qu'il n'a pas été lavé car il pue l'humidité ....

 

- Accepter de ne pas toujours être clean : après des nuits dans le bus ou pour économiser le linge propre ou quand il n'y a pas d'eau chaude.


- Aimer sentir le linge propre qui sort de la laverie


- Ne pas avoir la classe, ni être pomponné !


 

- Accepter d'être pris pour un pigeon. Les techniques, c'est d'essayer de se renseigner des prix avant de monter dans un taxi ou dans un bus auprès des locaux par exemple. .. Parfois, on ne voit pas le coup venir ! C'est le jeu.


 

- Toujours surveiller ses affaires. Les vols dans les bus sont très fréquents ou dans les endroits bondés. On a eu de la chance, jamais connu de vol ...


 

- Mettre de côté son amour propre dans certaines situations : se retrouver à faire caca ou pipi en urgence dans un champ sachant que tu peux être vu...


 

- Se surpasser : Faire des randonnées difficiles pour moi, la descente vertigineuse du chemin de l'inca en Bolivie, grimper en haut de la ville de Sucre à 7h du matin après 12h de bus de nuit dans la saleté à pas dormir...


- Ne jamais savoir quel jour on est ou presque...

 

- Trier les photos tous les soirs pour les envoyer par mail à la famille et/ou aux amis

 

Et puis voilà l'heure du retour qui arrive, et malgré tout ça, on est super bien, la liberté n'a pas de prix, on a pas envie de revenir, entendre les mêmes choses, à la télé, dehors.... On se rencontre que rien n'a changé, ou alors c'est NOUS qui avons changé !

On a gouté à la liberté de vivre comme on veut, où on veut, quand on veut.

 

Et puis il y a cette peur du Vide, du Rien, de ne pas être compris, d'avoir trop à raconter et de passer pour orgueilleux...

 

Mais il y a une fin afin que tout recommence. Avoir d'autres projets, et rêver encore....




Car nous sommes conscients de la chance que nous avons.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0